Joliot Curie
Lycée
Aubagne
 

La crise au secours de la mondialisation

samedi 21 mars 2009, par FROISSART Philippe

La crise au secours de la mondialisation
3 novembre 2008

Depuis le début de la crise toute l’économie mondiale est remise en cause. Au départ, le monde croyait que celle-ci resterait centralisée aux Etats-Unis, puis après avoir touché les pays développés, on pensait que les pays émergents tiendraient le coup. Finalement c’est tous les Etats qui paient les pots cassés de la crise des subprimes, fermetures d’usines, bourses qui s’effondrent, hausse du chômage, monnaies déstabilisées, consommateurs moroses…aucun pays n’est épargné.
Pays pauvres, riches, ceux avec des excédents budgétaires, comme ceux avec des déficits, pas de discrimination pour la récession !
Tout ceci vient démontrer la réalité de la mondialisation financière. En effet, lors des précédentes crises, comme celle de 1998 qui a touché l’Asie, ou celle de 1990 et la défaillance du système japonais, celles-ci étaient restées concentrées en un lieu précis, n’entravant pas la croissance des autres pays.
A contrario la crise de 1929 avait entrainé une folle vague de protectionnisme avec une hausse faramineuse des droits de douane à l’importation dans de très nombreux pays. A ce chacun pour soi, c’est l’effondrement du commerce mondial qui avait répondu présent.
Désormais la leçon semble avoir été retenue. En effet la crise a entraîné une entraide entre les pays sans précédents. Coopération du FMI, de l’UE, et de la Banque mondiale pour sauver la Hongrie, baisse des taux directeurs dans toutes les grandes banques (même celle de Chine, une première !), accords de prêts à tout vat, négociations secrètes de la Chine et des E-U pour que celle-ci ne vende pas les emprunts du Trésor américain, et même le FMI, à court d’argent est prêt à recevoir des fonds de la Chine et des pays du Golfe, en échange d’une place plus importante dans l’organisation…
Ainsi, au lieu du renfermement, les Etats s’entraident et font face tous ensemble, plutôt que chacun de leur côté, afin de vaincre leur ennemi commun : la crise.
La crise est donc ici un facteur de renforcement de mondialisation.

Coquet Pauline, 2008-2009 ; TES3
 
Lycée Joliot Curie – Avenue des Goums - 13400 Aubagne – Responsable de publication : M Le Chef d'établissement
Dernière mise à jour : mardi 18 février 2020 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille