Joliot Curie
Lycée
Aubagne
 

Le dollar s’effondre sur le fond de panique bancaire

mardi 29 avril 2008, par FROISSART Philippe

Le dollar s’est effondré, dans la nuit du dimanche 16 au lundi 17 mars, sur le marché des changes asiatique. L’euro a, en effet, atteint un pic de l,59 dollar. Une chute aussi brutale de la monnaie américaine n’avait jamais été observée. De plus, les Bourses asiatiques ont, elles aussi, chuté. Cette plongée du billet vert a été provoquée par les nouveaux signes d’aggravation de la crise bancaire aux Etats-Unis. Les autorités économiques et monétaires ont ainsi perdu le contrôle de la situation.

Dans cette même nuit, la réserve fédérale américaine avait abaissé, l’un de ses principaux taux directeur qui est passé de 3,25 % à 3 %. Elle avait aussi annoncé la création d’une nouvelle facilité de crédit pour aider les grandes institutions à prêter aux autres acteurs financiers.

Cette nouvelle intervention a renforcé les inquiétudes. C’est pourquoi les économistes ne craignent plus seulement l’entrée en récession de la première économie mondiale, ils se demandent si ce n’est pas l’ensemble du système financier américain qui est en train de s’écrouler.

Egalement, Wall Street a appris le rachat de la banque d’affaires Bear Stearns (BSC) par JP Morgan. .Les conseil d’administration des 2 banques ont approuvé la transaction par échange d’actions, valorisant chaque titre à seulement 2 dollars alors que la valeur du titre BSC avait atteint 170 dollars en 2007. Ce prix a jeté un doute sur la valorisation boursière de tout le secteur bancaire. D’autres institutions financières sont menacées, tel que Citigroup par exemple.

Cependant, Henry Paulson, le secrétaire au Trésor, a affirmé « que le gouvernement fera ce qu’il faudra pour maintenir la stabilité de notre système financier ». Le débat est alors engagé aux Etats-Unis laissant se dégager 2 camps : ceux pour qui il faut d’abord éviter un effondrement de ce « système » et ceux pour qui cette logique comporte autant de risques que de bénéfices.

Ces baisses des taux et les injections de liquidités de la Fed au profit des grands investisseurs n’ont, jusqu’ici, empêchés ni la chute du dollar ni la récession. Pour ceux-là, une politique économique publique est devenue urgente.

 

Le Monde,

Secouet Elodie, TES 3, année 2007-2008

 
Lycée Joliot Curie – Avenue des Goums - 13400 Aubagne – Responsable de publication : M Le Chef d'établissement
Dernière mise à jour : lundi 18 janvier 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille