Joliot Curie
Lycée
Aubagne
 

A sexe faible, impôt faible ?

mardi 22 avril 2008, par FROISSART Philippe

Afin de lutter contre la discrimination dont sont victimes les femmes dans la vie professionnelle, trois économistes auraient trouvé une solution miracle : diminuer le taux d’imposition des femmes et augmenter, mais de beaucoup moins celui des hommes.
Une personnalité politique, Mariano Rajoy, candidat du parti populaire aux élections législatives espagnoles du 9 Mars, s’est approprié l’idée. Il propose s’il est élu, d’accorder une réduction d’impôt de 1 000 € pour les femmes salariées.
Cette discrimination fiscale serait bien plus efficace que toutes les autres mesures envisagées (quotas, aides pour la garde des enfants…). Les économistes pensent que c’est aussi pertinent que d’augmenter les droits de douane plutôt que d’instaurer des quotas à l’importation dans le domaine du commerce international, comme il est préférable de taxer les activités polluantes plutôt que d’en limiter la production.
De plus, ce système ne coûterait rien aux employeurs ainsi qu’à l’Etat, qui au contraire s’en trouverait amélioré car le travail accru des femmes avantagerait la croissance.
L’efficacité de cette mesure s’explique par le fait qu’une légère augmentation d’impôt sur les revenus des hommes ne changera rien par rapport à leurs activités professionnelles. Alors qu’augmenter le revenu des femmes les incitera davantage à travailler. De plus, ce système contribuerait également à une meilleure répartition des tâches ménagères entre les conjoints.
Cette proposition est remise en question par certaines personnes affirmant que celle-ci est favorable aux couples traditionnels mais néfaste lorsque l’homme vit seul par exemple. En outre, il est reconnu, qu’aux Etats-Unis ou en Grande Bretagne, plus de 50% des adultes sont célibataires et qu’une forte minorité de femmes gagnent plus que leur mari (30% au Canada) .
Enfin, si une loi pareille est appliquée, cela viendrait à remettre en cause le principe de l’égalité devant la loi, d’une certaine manière, cela contribuerait au déclin de nos institutions démocratiques.

Le Monde, Mardi 4 Mars 2008
NACINOVIC Camille, Année 2007-2008

 
Lycée Joliot Curie – Avenue des Goums - 13400 Aubagne – Responsable de publication : M Le Chef d'établissement
Dernière mise à jour : vendredi 18 septembre 2020 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille