Joliot Curie
Lycée
Aubagne
 

Brésil : un pays créditeur après deux siècles d’endettement

mardi 22 avril 2008, par FROISSART Philippe

Pour la première fois depuis deux siècles le niveau des réserves de la Banque Centrale brésilienne est supérieur au montant de la dette extérieure du pays (187 milliards de dollars contre 183 milliards).
Ce renversement de situation est en grande partie dû à la nouvelle rigueur économique instaurée par le président Lula depuis 2003. En effet, le gouvernement s’est appliqué à contrôler ses dépenses publiques et à rembourser (avec de l’avance) sa dette envers le Fonds Monétaire International (FMI). Cette « discipline financière » a su inspirer confiance aux pays étrangers et améliorer l’image d’une nation émergente et sérieuse.
Par ailleurs, depuis l’arrivée au pouvoir de Lula, les exportations du pays ont triplé en valeur grâce à une forte demande mondiale notamment en soja, viande de bœuf et minerai de fer. Cette arrivée massive de devises a été suivie par une hausse des investissements étrangers.
En outre, cette nouvelle dynamique profite à la monnaie locale, le real, qui ne cesse de s’apprécier par rapport au dollar. Ainsi, les importations sont désormais moins coûteuses, or le pays en a besoin pour développer ses infrastructures.
Avec ce retournement de situation et une croissance du PIB qui a atteint 5,24% en 2007, le Brésil espère obtenir le célèbre « investment grade », ce signe d’approbation, accordé à un pays par les agences de notation, signifie que les risques encourus par les investisseurs y sont faibles. Cependant, les trois agences sont encore réservées, en effet la dette publique interne reste importante : 800 milliards de dollars, soit 43% du PIB.

Le Monde, mercredi 27 février
Francescato Bastien, TES3 année 2007-2008

 
Lycée Joliot Curie – Avenue des Goums - 13400 Aubagne – Responsable de publication : M Le Chef d'établissement
Dernière mise à jour : jeudi 21 janvier 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille