Joliot Curie
Lycée
Aubagne
 

Le Congrès prêt à adopter le plan de relance de M. Bush.

mercredi 5 mars 2008, par FROISSART Philippe

Jeudi 24 Janvier, le département américain du Trésor et la majorité démocrate au Congrès annoncent avoir trouvé un accord sur l’adoption d’un « paquet de stimulations » qui ont pour rôle, selon George Bush, de donner « un coup de fouet » à la consommation aux Etats-Unis.
Ce plan ressemble beaucoup a celui énoncé par le président, son montant étant de 150 milliards de dollars, il ne creuse pas le déficit public des Etats-Unis (car représente 1% du PIB). Il est composé de deux volets : tout d’abord une partie concernant une politique de crédits exceptionnels (environ 100 milliards) et une autre partie consistant en l’allègement fiscal des entreprises. Cette annonce concernerait 116 Millions de familles, par une palette de mesures adaptées à chaque catégorie de ménage aux Etats-Unis (célibataire, couple ...).
Cependant cette mesure est sujet à de nombreuses critiques. En effet Henry Paul, secrétaire au trésor, estime que les contribuables ne pourront profiter de ces aides dans un futur quasi immédiat (chèques disponibles au mieux en mai). Ensuite le montant alloué a ce plan est qualifié d’insuffisant par les démocrates, ces derniers jugeant qu’avec un tel montant, cette aide ne servirait non pas à consommer mais à rembourser les dettes accumulées. D’autres critiques négatives à ce projet ont été énoncées telle celle de Max Baucus, président de la commission des finances, qui juge que ce plan oublie une donnée importante : le soutien aux chômeurs et juge cet oubli « d’erreur » en précisant que le Congrès n’aurait pas dû accepter ce plan. David Madland, président du Center for American Progress, considère lui que ce plan est un bon début dans la relance économique mais qu’il est dérisoire tant il « est loin de répondre à l’ampleur des dangers ».
Ce plan doit encore être examiné par la Chambre et le Sénat (où des difficultés peuvent obstruer la mise en place d’une telle mesure). Enfin cette annonce a eu des échos dans les débats pour la course a l’investiture des présidentielles. En effet, il y revient la critique d’un plan pas assez « agressif », ou encore il est dit que Bush ne poursuit pas l’idée sur laquelle il s’était engagé au sujet des réductions d’impôts permanentes, pour finir sur une note ironique de Michael Huckabee qui pose le problème de savoir si ce plan va vraiment aider l’économie américaine ou au contraire favoriser les puissances économiques étrangères telle la Chine.

Le Monde, 26 Janvier 2008
Baujard Nicolas, 1°ES2, Année 2007-2008
 
Lycée Joliot Curie – Avenue des Goums - 13400 Aubagne – Responsable de publication : M Le Chef d'établissement
Dernière mise à jour : jeudi 21 janvier 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille