Joliot Curie
Lycée
Aubagne
 

Le travail, nouvelle voie de régularisation des étrangers

vendredi 11 janvier 2008, par FROISSART Philippe

En France le problème de l’immigration fait débat notamment avec notre actuel président Nicolas Sarkozy. Depuis 2006 au bout de 10 ans passés sur le territoire français un immigré bénéficiait des pleins droits. Désormais grâce au nouvel amendement l’immigration sera choisie et basée notamment autour de critères économiques. Cela restera exceptionnel et se fera au cas par cas, mais les individus ayant des motifs économiques, ayant la capacité à travailler, seront prioritaires et auront plus de chance de séjourner sur le territoire national français. Notre gouvernement veut prendre exemple de ses voisins européens sur ce nouveau mode de fonctionnement. En Italie, entre 2003 et 2006, 1,1 million de personnes ont été régularisées ; en Espagne en 2005, 600 000 et en Allemagne, fin 2006, idem pour quelques dizaine de milliers de personnes. Les raisons de sélection étaient simples : les immigrés venaient travailler, avec la certitude d’avoir un contrat de travail. M. N. Sarkozy décida notamment d’augmenter l’immigration du travail de 50% des flux d’entrées à long terme. Les raisons de ces critères de sélection sont nombreuses. Les plus importants :
  • lutter contre le travail au noir,
  • étant donné le manque d’effectif dans de nombreux domaines (agriculture, hôtellerie, restauration ...) les immigrés pourraient combler cette défaillance. Il faut savoir qu’en France 470 000 offres d’emploi restaient non pourvues,
  • cela permettra aux entreprises un « vivier de personnel »,
Paradoxalement l’opposition n’est pas totalement défavorable à cette nouvelle mesure. En effet nous aurions pu penser que du côté des associations des étrangers une colère aurait éclaté étant donné des critères pas toujours humanitaires des nouvelles conditions. Cependant malgré qu’elles y soient favorables, ces associations restent prudentes car elles craignent des différences de traitement illégitimes entre les employés.
Pour des raisons simplement économiques, en Pologne, depuis l’adhésion à l’UE, le gouvernement de Varsovie rappelle tous les émigrés polonais (1,2 million) partis s’installer et travailler à l’étranger, notamment dans d’autres pays de l’UE (Royaume-Uni, Irlande...) à rentrer au pays.
 
Le Monde, 19/10/2007
Roudot Julien, Tes3, année 2007/2008
 
Lycée Joliot Curie – Avenue des Goums - 13400 Aubagne – Responsable de publication : M Le Chef d'établissement
Dernière mise à jour : jeudi 21 janvier 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille