Joliot Curie
Lycée
Aubagne
 

Offre valable d’emploi

mardi 8 janvier 2008, par FROISSART Philippe

M. Sarkozy a proposé dernièrement de sanctionner les chômeurs qui refuseraient deux « offres d’emploi acceptables ». Cependant, il existe 500 000 offres d’emploi non pourvues mais aussi une légitimité du refus par le demandeur d’emploi. Ces propos ont été contestés par les associations et les syndicats car cela obligerait les chômeurs à accepter des offres d’emploi qui ne correspondraient pas à leur niveau de qualification, à leur rémunération et qui pourraient être incompatibles avec leur vie familiale en cas de changements géographiques.
La CGT avait déjà demandé en 2005 une définition précise de l’offre valable d’emploi (l’OVE) qui existe dans le code du travail français mais qui semble mal définie ; en effet, ce projet prévoit d’augmenter les sanctions pour des refus d’offre qui sont peu nombreuses en France aujourd’hui.
L’OVE reste donc imprécise en France mais pour la CGT, le problème n’est pas le refus d’une offre d’emploi mais un problème de correspondance entre offre et demande d’emploi.
Le concept « d’ancienneté dans le chômage » a été proposé par le Medef pour qu’il soit pris en compte dans l’« offre valable d’emploi » afin que lorsque le chômage se prolonge, les critères d’emploi acceptable s’atténuent. Cette « dégressivité de l’emploi acceptable » a d’ailleurs été appliquée dans six pays européens et pour la plupart les critères de ce concept sont précis et réglementés.
L’Unedic a cependant dépensé 18,2 millions d’euros pour mettre en place des « aides différentielles de reclassement » sous certaines conditions, pour les plus de 50 ans ou pour ceux qui acceptent des salaires inférieurs.
 
Le Monde. Dimanche 6 – lundi 7 janvier 2008.
CHAVE Marion, Tes3 ; Année 2007/2008
 
Lycée Joliot Curie – Avenue des Goums - 13400 Aubagne – Responsable de publication : M Le Chef d'établissement
Dernière mise à jour : lundi 18 janvier 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille