Joliot Curie
Lycée
Aubagne
 

Junk food

mardi 23 octobre 2007, par FROISSART Philippe

Contre la progression de l’obésité, ayons le courage de taxer la « junk food »
Le Monde, Mardi 25 Septembre 2007.
 
L’obésité est devenue un problème de santé publique majeur. On sait qu’une de ses causes est la forte consommation de « junk food » qui est liée à un prix modique et que lorsque celui-ci augmente, les achats diminuent fortement. En résumé, plus on mange gras ou sucré moins on mange cher, les prix étant devenus « inversement proportionnels à la densité calorique ». Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que l’obésité varie en fonction du niveau socio-économique des familles. Ainsi, « le surpoids touche 7 % des enfants de cadres et professions libérales contre 25 % des enfants de chômeurs ». Pour tenter d’adapter l’offre alimentaire aux objectifs de santé publique on choisit de taxer les produits trop caloriques, on subventionne alors des aliments à faible densité énergétique et à forte valeur diététique afin qu’ils soient plus facilement accessibles aux ménages modestes (par exemple : les fruits et les légumes). Cependant cela semble peu envisageable en ces temps de restriction budgétaire. L’obésité présente également des risques pour la santé, on estime à 800 millions d’euros par an le coût global en France des maladies directement liées au surpoids, sans compter les coûts indirects dus aux arrêts de travail et pertes de productivité. En conclusion, pour lutter contre l’obésité, la taxe sur la « junk food » est le meilleur rapport coût-efficacité. Au final, une telle mesure serait plus efficace que les actuelles campagnes d’information nutritionnelle assez coûteuses et dont l’impact n’est, pour l’instant, pas évalué.
 
DULAC Fanny, TES3, année 2007/2008
 
 
Lycée Joliot Curie – Avenue des Goums - 13400 Aubagne – Responsable de publication : M Le Chef d'établissement
Dernière mise à jour : jeudi 21 janvier 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille