Joliot Curie
Lycée
Aubagne
 

UE / Asie et politique commerciale

mardi 17 avril 2007, par FROISSART Philippe

Avec la Corée du Sud, qui connaît actuellement une forte période de croissance économique, (grâce à sa stratégie de remontée des filières), et la Chine dont les exportations en Europe ont doublé en dix ans, l’Union européenne affiche son intention de relancer les négociations des accords de libre-échange au sein de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce).
L’Union européenne ne souhaite pas s’arrêter là, comme l’a montré le sommet de l’ASEM (Asian-Europe Meeting), consacré à la mondialisation. Pour les dix ans de ce forum, les trente-huit chefs d’Etat et de gouvernement présents ont discuté terrorisme, sécurité énergétique, ou, à l’instar de Jacques Chirac, du réchauffement climatique.
Les Vingt-Cinq souhaitent donc engager des négociations en vue d’un accord de libre échange avec une grande partie de des membres de l’ASEM, regroupés au sein de l’Asean et espèrent aussi par la même la occasion apaiser les relations rendues houleuses par l’explosion des échanges avec l’Asie.
L’Inde et la Chine ne devraient pas échapper à la stratégie bilatérale des Européens. Onzième puissance mondiale, la Corée du Sud négocie aussi avec Washington.
La recherche d’accords bilatéraux en Asie constitue un tournant pour les Européens. Ces derniers ont privilégié les négociations au sein de l’OMC depuis leur lancement en 2001. « L’union européenne ne peut rester les bras croisés pendant que tous les autres cherchent la défense de leurs intérêts à travers des accords bilatéraux », a justifié le commissaire aux affaires économiques Joaquin Almunia.
 
Le Monde, 12 septembre 2006
Rusake Chrystelle, TES 2
 
Lycée Joliot Curie – Avenue des Goums - 13400 Aubagne – Responsable de publication : M Le Chef d'établissement
Dernière mise à jour : lundi 18 janvier 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille