Joliot Curie
Lycée
Aubagne
 

L’extrême droite dans les présidentielles

mardi 17 avril 2007, par FROISSART Philippe

Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy concentrent l’attention des médias mais, l’autre voix qui se fait moins entendre est celle de Jean Marie Le Pen. TNS-Sofres publie un sondage qui montre qu’en mai dernier, J.M. Le Pen atteignait 18% de taux de popularité contre 9% en 2002 alors qu’il avait fait une percée spectaculaire en arrivant devant Lionel Jospin au second tour des présidentielles. Cette trouée s’explique par le fait qu’il s’affiche comme ayant été le seul à prédire les problèmes d’immigration. A la suite des émeutes de l’an dernier, son parti le Front National a lancé une vaste campagne d’affichage : « Immigration, explosion des banlieues – Le Pen l’avait dit ! »
Son programme consiste à « expulser tous les clandestins et à durcir la loi sur la nationalité ». Il déplore la récente décision de N. Sarkozy à régulariser 1/3 des clandestins dont les enfants étaient scolarisés en France. Il a habilement exploité « l’affaire Clearstream » pour dénoncer une classe politique très soudée attirant quelques suffrages.
23% des électeurs approuvent ses idées, 31% souhaitent qu’il se représente et 36% pensent qu’il sera présent lors du second tour en 2002. D’ici là, d’autres choses peuvent changer. Si N. Sarkozy durcit le ton au sujet de l’immigration il pourrait récupérer des voix du Front National.
Le Pen reste inébranlable comme le prouve cette citation : « Auparavant, on nous accusait d’extrémisme, dit-il. Aujourd’hui, les gens de gauche, du centre et de droite utilisent le même langage. Les électeurs préfèrent l’original à la copie. »
 Le Monde, septembre 2006
Pourre Richard, TES 2
 
Lycée Joliot Curie – Avenue des Goums - 13400 Aubagne – Responsable de publication : M Le Chef d'établissement
Dernière mise à jour : jeudi 21 janvier 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille