Joliot Curie
Lycée
Aubagne
 

RENCONTRE AVEC CHARLES BIANCHIERI, RESISTANT PENDANT LA DEUXIEME GUERRE MONDIALE

Par la classe de 2°8, accompagnée par leur professeur d’histoire et de français, Sandrine Donot-Henrot, Delphine Dieu et les documentalistes.

mardi 5 janvier 2016, par DIEU DELPHINE, DONOT HENROT SANDRINE

Présentation

18 novembre 2015, 10 heures du matin.
C’est emmitouflés dans nos écharpes que nous pénétrons dans le CDI pour la rencontre de la journée : un résistant de la seconde guerre mondiale, Charles Bianchieri, dans le cadre de notre participation au Concours National de la Résistance et de la déportation, dont le thème cette année est : " Résister par l’art et la littérature ".

Petite biographie

Charles Bianchieri a vécu la seconde guerre mondiale de l’intérieur, la résistance, d’ailleurs comme il nous a raconté, il s’attendait lui même à la guerre, dès 1938. Il entre dans la résistance, dès le début de la guerre en 1939, avec ses camarades du lycée du Rempart ( alors Ecole d’Application ) et crée le groupe nommé « Les jeunes Français insoumis ». Leur devise, leur motivation est « Le bonheur doit être une réalité et non un rêve ». Leur but est d’abord de faire passer des tracts. Ils organisent plusieurs manifestations, grèves jusqu’à même être arrêtés par des policiers français. En effet ils dénoncent le régime de Vichy qui a rogné les avantages de la sécurité sociale, un par un. Un jour il a dû partir de sa ville, de son lycée sans dire au-revoir à personne sous le risque de la police et son père et lui ont été obligés de changer d’identité. Tout le long de sa vie dans la résistance il effectue des missions pour lutter contre le régime de Vichy. Dans une grande clandestinité, sans vraiment connaître les personnes auprès de qui il lutte.

Nos ressentis

Nous avons trouvé l’intervention du résistant très instructive car il nous raconte la guerre du point de vue d’un résistant. Nous l’avons trouvé très touchant. En effet, certains passages de son intervention nous ont particulièrement interpelés comme le moment où il nous a raconté la mission où il a dû voler des casques pour protéger les résistants au risque de sa vie ou même le malheureux jour où il a abattu un ennemi de son âge qui comme Charles Bianchieri le dit lui même : « ne voulait pas être là, il se battait pour des personnes plus haut placées hiérarchiquement ». Nous nous souvenons très bien quand il a dit en parlant du jeune soldat qu’il a tué : « Si nous avions été sur une plage, sans conflit, l’été, nous aurions joué au volley ensemble ».
Ses propos étaient passionnants et intéressants. Nous arrivions très bien à nous plonger dans son passé, dans son vécu. Par ses paroles, nous avons les images en tête, nous vivions les scènes comme si nous étions présents. Cette rencontre fut très émouvante. Par son témoignage, il nous rappelle que nous ne devons pas oublier les horreurs du passé.
Nous tous avons trouvé son talent de conteur splendide, nous nous sommes laissés totalement absorber par son récit, mieux que dans un livre. Dans toutes les mésaventures qu’il a vécu il était toujours doté d’un courage non négligeable et impressionnant. Le fait de l’entendre conter sans pudeur, toujours avec franchise, renforce l’admiration que l’on éprouve envers lui. Surtout ce qui nous a touché le plus c’est que clairement cet homme aime sa vie, la vie, ses droits, et cela nous a fait chaud au cœur de voir des personnes déterminées à se battre pour des bonnes causes, surtout qu’il serait encore prêt à se battre aujourd’hui. Un homme exemplaire, comme toute la résistance pendant cette Guerre.
En conclusion, on a assisté à une rencontre aussi instructive qu’intéressante. Malgré son âge avancé, il a su nous proposer un récit détaillé et dynamique. C’était assez impressionnant de voir la précision de ses souvenirs après toutes ces années. Le moment qui nous a tous marqué et ému c’est quand il nous a raconté la bataille de la libération à Marseille et sa confrontation avec le soldat allemand qu’il a tué mais avec un grand regret puisqu’il avait pratiquement le même âge que lui. Ce moment nous a tous fait réfléchir sur la barbarie qu’il faut avoir en soi pour tuer de sang froid.
A travers les récits de M. Bianchieri, on arrive à se projeter dans l’ambiance de la 2nd guerre mondiale. On ressentait énormément d’émotion et de sincérité lorsqu’il nous parlait. Il nous a donné une leçon de vie en comparant les faits de cette guerre à l’actualité d’aujourd’hui portant sur le terrorisme.

Nous remercions, Charles Bianchieri pour son intervention, en accordant tout notre respect à cet homme.

 
Lycée Joliot Curie – Avenue des Goums - 13400 Aubagne – Responsable de publication : M Le Chef d'établissement
Dernière mise à jour : jeudi 21 janvier 2021 – Tous droits réservés © 2008-2021, Académie d'Aix-Marseille